Le café suspendu, ce don anonyme qui réchauffe

cafés Richard - bruxelles - copyright Zoltán Jánosi

J’en ai entendu parler ce lundi matin, au lendemain de ma semaine de passage à l’an neuf, dix-neuf, pardon.

Sur mon mur Linkedin, qui devient de plus en plus une sorte de Facebook sans trop de pub et un brin plus sérieux, je lisais le texte suivant, écrit ici par Laurent Duquerroy. Je le reprends tel quel, tant j’apprécie le style;

« Entrés dans un petit café en Belgique avec un ami, nous commandons deux cafés. Deux personnes entrent derrière nous et passent leur commande : – « Cinq cafés. Deux pour nous et trois suspendus. » Les 2 personnes paient leur note, prennent leurs 2 cafés et filent. J’ai demandé à mon ami : – « Qu’est-ce que sont des cafés suspendus ? » Mon ami me répond : – « Attends et tu verras. » La commande suivante est de sept cafés, passée par trois hommes d’affaire : 3 pour eux et 4 « suspendus ». Puis, une femme arrive au comptoir et demande cordialement : – « Avez-vous un café suspendu ? » Le serveur lui sert un café, gratuitement et avec le sourire. Qu’est-ce qu’un café suspendu ? Ceux qui le désirent paient par avance un café qui sera servi à qui ne peut se l’offrir… Cette tradition est née à Naples et s’est répandue çà et là. Dans certaines maisons, il est non seulement possible de commander « des cafés suspendus » mais également des « sandwiches suspendus » voire des « repas suspendus ». Hier quelque part en France, je me suis lancé : j’ai pris un café en ville et j’en ai payé deux. J’ai vu avec mon serveur favori : il offrira ce café « suspendu » à qui en aura le plus besoin. Je lui fais confiance. Hier, j’ai offert mon premier café suspendu cafesuspendu »

Après quelques petites recherches par ci, par là, il semblerait que cette action napolitaine d’origine soit déjà bien ancrée en Belgique, chose que j’ignorais jusqu’à maintenant. Ce caffè sospeso me séduit.

Que pensez-vous de tenter l’expérience ? A chaque fois que vous rentrez dans un bar, un café, un restaurant, commandez un café suspendu, parlez-en au serveur, et faites lui confiance pour que ce précieux breuvage fasse le bonheur d’une autre personne en difficulté.

Le café suspendu devient, en quelque sorte, un don anonyme vers un public qu’on ne définit pas à l’avance. J’y vois une façon plus discrète de proposer un soutien symbolique, un café chaud, par des personnes qui se sentent dans un inconfort certain lorsqu’une autre mendie à la fenêtre de la voiture, ou reste couchée au sol avec comme seul objet posé, un vieux gobelet blanc, sali par le temps… Le réflexe de lever sa vitre ou de faire un pas de côté pourrait être simplement compensé par un café offert pour plus tard, au détour d’un bar.

Voici donc une idée séduisante pour démarrer l’année.

Ce café suspendu fonctionne évidemment aussi avec un bon thé chaud, un sandwich, une frite, ou une coupe chez le coiffeur, par exemple.

Sur Facebook, j’ai trouvé la page bruxelloise du Café Suspendu – avec près de 5.000 membres. Celle de Liège atteint quasi 4.000 fans, mais ne semble plus mise à jour depuis 2014… pareil pour la page carolo et ses 2.300 fans.

Vous en connaissez d’autres ? Une carte recensant tous les lieux participants se trouve sur Brusselslife.be, mais sa dernière mise à jour date de 2015 🙁 Je suis par contre tombé sur cette perle, assez bien réalisée, qui donne une vue globale des cafés participants, en Belgique, en France, et ailleurs en Europe : Coffee Funders ! Allez-y et rajoutez les établissements manquants à l’appel, l’entraide s’organise par là également.

Avez-vous déjà pris part à cette action ? Qu’en pensez-vous ? Quel est votre retour à ce sujet ?

Laisser un commentaire

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.