Coucou tu veux voir Magritte?

La pipe-sexe, Magritte

Des rires à chaque tableau, des hésitations à chaque ombre de ce même tableau, puis une mine grave au sortir de la peinture. Magritte jongle avec les idées et les émotions. Et ce musée nous le fait bien comprendre!

Entrée située au rez-de-chaussée de ce splendide bâtiment place Royale. Puis descente au -1 pour y laisser nos vestes et soudain, une exposition qui débute… au 3e étage de l’immeuble. De quoi nous plonger directement dans l’univers du surréalisme à la belge.

Sans vous révéler les secrets de chaque pièce, je peux dire qu’on passe du temps à contempler ses affiches publicitaires ou ses couvertures de partitions musicales, qui côtoient certaines peintures méconnues. Mais il y a beaucoup plus encore. La philosophie de René Magritte se lit dans ses échanges (nombreux!) avec ses amis de l’époque: Pierre Bourgeois, E.L.T. Mesens, Camille Goemans ou encore Paul Nougé et Louis Scutenaire. Que dire d’André Breton, avec qui il se fâcha.

Des lettres, des tracts et pamphlets d’époque, écrits à la main ou sur une vieille machine à écrire, et des poèmes de Paul Eluard aussi … (Que c’est beau!).

Tout y est. Ou presque. Sont absents la pipe, la pomme et le chapeau boule, par exemple. Mais cela permet de mieux apprécier sa période « vache », son passage impressionniste, son communisme et sa dernière peinture de 1967. Entre autres.

"La liberté, c'est la possibilité d'être et non l'obligation d'être" Magritte.
« La liberté, c’est la possibilité d’être et non l’obligation d’être » – Magritte.

Cette exposition assure un équilibre très intelligent entre les écrits et les peintures. Pas de grands panneaux d’explication (je recommande l’audioguide, indispensable!), mais des phrases du maître, éclairées ci et là.

Et cet humour désinvolte d’un incorrigible ket de Bruxelles, amoureux de Georgette, à qui il doit tant. Son esprit farce, son interrogation intérieure et ses œuvres profondes cachent l’idéal d’un introverti au passé douloureux, sans doute. Cette psychanalyse-là, il ne la souhaitait pas. Ni pour lui, ni pour ses tableaux.

L'enculeur, Magritte.
L’enculeur, Magritte.

En voilà un texte ravageur…

Surréaliste, n’est-ce pas?

On arrive au rez-de-chaussée, à nouveau. La fin de l’exposition est proche. Dans la salle à gauche, un film récent retrace la vie de l’artiste. A voir sans hésitation, je l’ai pris en route, et j’espère pouvoir le revoir bientôt, c’était un complément idéal à tout ce que je venais de visiter.

Petit passage au magasin avant de quitter cette ambiance surréaliste, un samedi après-midi à Bruxelles, sous la neige.

Bruxelles sous la neige
Bruxelles sous la neige

Rendez-vous pris pour découvrir sa maison, à la rue Esseghem à Jette…

Infos pratiques

Musée Magritte, place Royale, 1000 Bruxelles.

8€/adulte et 4€ pour l’audioguide (un pour deux suffit).

Cet article est le premier de la série « découverte artistique » que je propose sur ce blog, un challenge que j’explique ici.

 

Laisser un commentaire