.my world, my passion, my life.
RSSEmailPinterestFlickrLinkedInGoogleTwitterFacebook
formats

Direction Ranomafana!

Chapitre V

Après deux heures de route vers l’Est, jusqu’au Domaine Nature de Ranomafana, nous nous préparons à visiter le parc national.

Sad & Zoltán - Ranomafana

Sad & Zoltán – Ranomafana

Gery, notre guide, nous emmène dans cette immensité verte. Pour atteindre la forêt primaire, il faudrait bivouaquer pendant plus de 6 jours. Ce sera pour une autre fois. Les 42.000 hectares mélangeant rivière, forêts et animaux endogènes sont juste magnifiques mais le temps presse. Un seul jour à Ranomafana, c’est un peu trop court, à mon goût.

Ranomafana

Ranomafana

Ranomafana

Ranomafana

Ranomafana

Ranomafana

Le bungalow avec une sorte de lit baldaquin (un moustiquaire en fait) nous attend en plein milieu de la forêt secondaire, très humide. Le chant des criquets est extraordinaire cette nuit. On profite du beau temps pour découvrir le parc national de Ranomafana, dans les forêts humides de l’Atsinanana, classé au Patrimoine Mondial de l’Humanité en 2007. Nous avons pu voir trois types de lémuriens différents, des pigeons bleus, des geckos et beaucoup d’autres animaux endémiques. Nous étions chanceux. La veille, il pleuvait des cordes. Aujourd’hui, le soleil nous accompagne pendant toute la remontée de la colline, soit 6 km à pied. J’avais pensé à le faire en taxi, mais pour 5.000 Aryari (1,65€), le gérant de l’hôtel tentait une arnaque en règle. C’était en effet le prix du voyage de ce matin entre Fiana et Ranomafana pour 60km de route.

Ranomafana

Ranomafana

La fin d’après-midi approche, le parc ferme vers 16h déjà. Après avoir profité de tous ces paysages fabuleux et de ces animaux hors du commun, notre guide nous proposa de descendre vers le village de Ranomafana avec ses collègues. Je n’ai pas hésité, même si on ne savait pas trop où nous serions installés dans ce pick up de 5 places assises en cabine, et autant qu’on veut à l’arrière…

Ranomafana

Ranomafana

Ranomafana
Ranomafana

Ranomafana

Ranomafana

Une expérience unique

Imaginez-vous une seconde: 5 filles (dont Sad) sur la banquette arrière, le chauffeur et sa collègue à l’avant. Puis, 6 guides et moi à l’air libre à l’arrière. On a descendu toute la colline à vive allure. J’étais le dos tourné à la route. Assis, je contemplais un par un le visage de mes voisins de route. A ma droite, le plus vieux, sage et relax. En face, un reggae man avec ses écouteurs. Il était dans son monde, content de finir sa journée de boulot. A côté de lui, mon guide, son assistant, et un autre jeune. Ils étaient fatigués, mais heureux. Peu de paroles. Le ciel bleu brillait dans leur regard. Le vent faisait vibrer les arbres qui défilaient à la vitesse du 4×4. Un sentiment de liberté totale. Abstraite, mais totale. L’espace d’une seconde, j’ai vraiment eu envie d’être à leur place, tous les jours… Le véhicule nous dépose à l’entrée du village, sur la route principale. On a faim, et il n’est que 16h30. Trop tôt pour s’offrir un grand repas, il fallait profiter des dernières heures de clarté pour découvrir les couleurs de cette fabuleuse région…

Ranomafana

Ranomafana

Le village

Les gens se débrouillent. Cet état de fait reviendra souvent dans mes notes, mais je n’y peux rien, c’est un mérite, pas une tare! Les Malgaches de la région vivent bien, même si le raccordement électrique reste un luxe, tout comme les vêtements. Nous avons quitté la grande rue (la Nationale qui relie Fiana à Mananjary). On nous a renseigné sur des bains accessibles près d’ici. On hésite. On n’ose pas vraiment. Aujourd’hui, j’en rigole en réécrivant ceci, mais il faut bien s’imaginer que cela ne faisait que 3 jours que nous étions sur l’île. L’adaptation se mettait en place. Encore un peu de temps avant de se mettre complètement à l’aise… On repart à la recherche de ces fameux thermes. Passé la rivière, on fera pourtant marche arrière… Sentiment bizarre. Le pont en métal totalement défoncé par les derniers vents violents ne nous rassurent pas. Il est impraticable et le petit passage de fortune en bois léger n’est pas très stable. On s’éloigne beaucoup trop du centre aussi. Bref, on y retourne plus vite que prévu, même si nous n’étions probablement pas loin des bains publics qu’on nous vantait tant.

RanomafanaDe retour sur le terrain de foot, sorte de gros champs de patates où un match se disputait entre jeunes, pendant que le fermier du coin promène ses zébus en plein milieu. Logique. On a faim, on cherche un resto. Un petit bar nous suffirait aussi. Mais où aller?! On retrouve par hasard notre guide dans le coin, qui nous indiqua une devanture (qui ressemblait à tout sauf à un restaurant). Un conseil précieux, alors que nous n’étions pas encore 100% à l’aise dans notre épopée fantastique… Le temps se gâte. Il faut rentrer, mais aucun taxi-brousse à l’horizon pour remonter vers notre hôtel. En route pour une dernière marche à pied où la drache malgache nous aura épargné. Un dernier verre dans le bar de l’hôtel, et une panne de courant qui nous a fait bien rire. On était détendu, même si une première nous attendait dans le bungalow: dormir sous ce moustiquaire géant, entouré d’une forêt secondaire qui finissait de récolter les perles humides de l’orage…

Ranomafana

Nombre de vues: 593