petit retard dans la diffusion des programmes…

mire

mire

Petit message de service pour certains lecteurs qui doivent se demander ce que je fais avec mes articles sur Madagascar, entre autre. J’en écris 3 et puis plus rien!

Non non, je ne suis pas entrain de lâcher prise. A côté de la semaine bousculée au boulot, j’ai eu l’honneur d’officiellement apparaître pour la première fois sur le line up de Dashbox, que j’ai rejoint en janvier dernier. (Je continue Cachaï en parallèle aussi, toute autre ambiance musicale que je ne lâcherais pour rien au monde!). Dashbox, ce sont des mélodies entraînantes et du rock pop bien compilé. J’y rajoute donc ma touche de bassiste, et visiblement ça plait 🙂

Des  dates à venir pour nous applaudir sur scène? Les voici les voilà!

  • le 21/06/2012 aux Fêtes de la Musique (en soirée)
  • le 13/07/2012 à Bruxelles-les-bains (heure à préciser)

dans les deux cas, c’est gratuit! Donc, pas d’excuses pour ne pas venir!! Toute l’info sur Dashbox.be.

Source: dashbox.be via Zoltán on Pinterest

 

Au rayon écriture cette fois, il y a plus d’un mois de cela, je me lançais dans une aventure folle. Miguel me proposait d’écrire gonzo. je m’imaginais déjà la position idéale au lit, mais il n’en est rien! Le journalisme gonzo est né dans les années ’70,  (blablabla, je vous laisse lire la suite sur ultragonzo.com). J’y contribue avec plusieurs articles, forts différents l’un de l’autre. Mais la quinzaine de malades qui m’entourent et qui n’ont aucune règle, force le respect.

ultragonzoL’ultra-subjectivité qui se dégage de nos articles donne un gros coup de fouet au mental du lecteur. Accrochez-vous, c’est parfois trash, c’est souvent sujet à critiques, mais qu’est ce que c’est bon la critique dans ce monde plat et insipide! Les débats sont ouverts depuis le 25 mai dernier, et ce, pour un petit mois seulement. La gonzitude de nos propos est éphémère, même si j’ai tendance à croire que nous pourrions prolonger la date de péremption. Mais qui suis-je pour décider de cela? Simple pseudo journaleux gonzique, gonzophage même, j’écris, je teste. L’ultragonzo deux point zéro va vous émerveiller ou vous faire vomir, mais quoi que vous fassiez avec votre écran ou clavier, vous ne verrez plus jamais l’azerty de la même manière.

On n’est pas loin du Walternet par moment. Je réserve ça à mes lecteurs. Entrez dans la danse ultra subjective aux articles très pertinents. Voici deux exemples de ma plume, il y en aura d’autres.

Autre affaire du moment, que j’avais déjà commencé avant Madagascar, et qui m’excite au plus haut point: Pinterest. j’en ai déjà parlé évidemment, mais je continue, je continue, je continue… Il y a évidemment le board e-gonzo, mais aussi un tout nouveau venu: « you w(h)ere » = you were here >< where?. Appréciez, commentez, pinnez. I’d like to read you too!

(Entre temps, j’ai toujours pas fini Fringe… suis encore à la S04E14 (quelle honte!)

i like (ou pas)Pour couronner ce super début de weekend, ma cuisine a pris feu vers 1h30 du matin, dans la nuit de vendredi à samedi. On a réussi à maîtriser le bazar, mais en gros, ça s’est joué à 10 minutes près… gloups. Je soigne mes blessures de guerre (vous savez, les cicatrices à côté du Vietnam, Corée, etc ?). Le plus dur, finalement, c’est l’odeur insupportable qui s’est propagée dans toute la baraque. Un parfum qui est 100 fois plus fort que le vieux patchouli qu’on découvre dans le bus bondé de 8h du matin au centre-ville….(merci d’ailleurs au génial inventeur des mains courantes, plaçant la moindre aisselle à hauteur de narines…).

Extrait flamboyant, suite à mon excitation sur la situation, plusieurs heures plus tard;

http://storify.com/zoltan/extrait-incendiaire

Source: google.fr via Zoltán on Pinterest

 

Tout va bien sinon 🙂 j’ai pu voir la fin de l’Eurovision et la victoire de Florence & the Machine la Suède, par contre j’ai complètement loupé les résultats de Cannes, mais j’avais une excellente raison. J’ai été dire bonjour à mon oncle/parrain d’Alost, en grande forme malgré son âge et sa chaise roulante. Une après midi avec les cousins qui ne peut se décrire qu’avec des  sourires, de la bonne humeur et des émotions positives (le tout en néerlandais, espagnol et français dans le texte. J’adore!). Quoi de plus que pour arrêter un instant le temps, et vivre le moment?

Tio Josu, moi et Mami

Sur ces belles paroles, passez une belle journée ensoleillée, en ce lundi de Pentecôte. (Et que cette putain de bonne étoile soit au-dessus de votre tête aussi!!)

Laisser un commentaire