BIFFF 2008, clap 9!

Hier soir, deux films européens. Artefacts et Flick.
Comme à mon habitude depuis le début du festival, je prenais un plaisir certain à écrire quelques lignes sur les films que j’ai été voir. Les dernières tendances en matière de fantastique, sci-fi, thriller, c’est toujours sympa à connaitre.
Pour ce post, l’envie ne me vient pas. La raison est simple. Les deux films vus hier m’ont plombé.
Artefacts est un film essayant de faire peur, mais qui endort tout le monde. Pas de stress, pas de panique, pas climax. Rien. Zéro. L’histoire d’une femme qui voit ses collègues se faire tuer un à un par leur « double », un sosie venu d’on-ne-sait-où. Mise en scène mauvaise. Scénario inexistant. Direction d’acteur vraiment faible. Et puis, les acteurs aussi en fait.
Le deuxième film, Flick, est un peu plus potable. Plongé dans un décors années Elvis, l’histoire de ce jeune gars qui n’a rien pour lui (à part la danse), et qui se fait taper dessus en permanence. La vraie tête de turc donc. S’en suit un plongeon avec la voiture dans la mer pas loin, et le voilà devenu un beau mort-vivant 50 ans plus tard. Des scènes de non-actions interminables, à nouveau. Qu’on m’explique ce que Faye Dunaway est allé faire dans ce film (elle et son bras mécanique) ! Je préfère encore Dard Divorce, là au moins, on était prévenu de la qualité du film…

Une dernière question aux organisateurs; Pourquoi avoir programmé ces deux films un vendredi soir, jour de grosse affluence au BIFFF? Le public étant ce qu’il est en semaine, celui du vendredi est un rien plus large (lire: grand public), et ce genre de navet cinématographique ne va pas nécessairement avoir bon écho. Doomsday aurait fait une tête d’affiche formidable. Ah mais non, celui là, il était programmé un dimanche soir, c’est vrai… pour garantir les petits yeux au boulot le lendemain…

Laisser un commentaire