The Eye – BIFFF 2008, clap 1!

Gros remake du film chinois « Jian Gui » réalisé en 2002, « The Eye » est réalisé par Xavier Palud et David Moreau, deux français qui ont eu l’immense plaisir de venir nous faire un coucou hier soir devant un parterre d’invités, dont moi, prêt à découvrir leur dernière réalisation (en avant-première européenne, svp!).
Ils étaient visiblement scotchés par l’accueil et la grandeur du festival dans notre belle capitale, n’hésitant pas à souligner le manque criant de diffusion et de promotion autour de l’art fantastique en France…

Après avoir coupé le cordon ombilical inaugurant l’ouverture officielle de la 26ème édition du BIFFF, nos deux amis français se sont rassis, laissant la salle plongée dans le noir (sans la regrettée voix caverneuse qui nous assurait l’ambiance avant chaque séance au Passage 44 -snif snif!).

Le film pouvait débuter. Petit clin d’oeil comique à Amélie « Gore » Poulain, au passage.

Et voici, « The Eye« . L’histoire de Sydney Wells (Jessica Alba), une violoniste aveugle qui va apprendre à redécouvrir le monde grâce à ses nouveaux yeux. L’opération réussit, mais v’la-t’y pas qu’elle hallucine, qu’elle voit des ombres (pas chinoise, non), qu’elle rencontre des gens morts, etc. Rajoutez à cela un psy qui ne la croit pas… rien ne va plus!
Mais son obstination, sa combativité (elle recouvre la vue à une vitesse assez folle), et son corps caractère lui permettront de trouver la solution à son problème (non, elle n’est pas folle!).

Il y avait de tout, à boire et à manger, quelques passages bien inutiles, agrémentés de bons chocs (j’ai sursauté une ou deux fois, j’avoue) et une fin à l’eau de rose qui aurait pu être zappée, trop américaine diront certaines personnes dans le public, à la sortie. Bref, un bon moment de cinéma, une chouette mise en scène, de belles images, et quelques frissons. Pas trop mauvais pour commencer le BIFFF…

Note au passage;
On a peu ou pas entendu le public lors de cette première séance…je le trouvais, perso, pas très très chaud… Je n’ai entendu que deux « Nooon, n’ouvre pas la porte! », et un seul « c’est trop flou, on voit rien » (que j’ai crié, étant donné la scandaleuse vitre translucide de la douche…).

Vivement ce soir, et le dernier chef d’oeuvre de Mr Alex de la Iglesia lui-même, The Oxford Murders. Ca va nous « ranimer » !!!

Laisser un commentaire